Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > ACTUALITÉS > Toute l'actualité > Débat – Le réaménagement de 7 places parisiennes

Débat – Le réaménagement de 7 places parisiennes

Panthéon, Bastille, Fêtes, Gambetta, Italie, Madeleine, Nation.

Sept places emblématiques de Paris, de son histoire, de son patrimoine, de sa culture. Ces étendards de la France et de la Capitale sont si connus dans le monde, et si vivaces dans notre mémoire collective, qu’ils, qu’elles appartiennent à chacun et à tous.

C’est dire combien les rénover devrait relever d’une ambition collective et d’une humilité partagée !

Ni l’une ni l’autre ne sont hélas au rendez-vous pour le projet de rénovation de la place du Panthéon. Sur la forme, la concertation a été bâclée. Sur le fond le projet est incohérent et sans ambition. 

Mais « les plus grandes réussites en matière de propagande sont accomplies, non pas en faisant les choses mais en s’abstenant de les faire » comme disait Aldous Huxley.

Concernant la soi-disant concertation

Elle a démarré le 20 juin 2015 pour aboutir à une soi-disant restitution le 23 septembre 2015, la trêve estivale étant propice comme chacun le sait au débat ! Chacun comprend dés lors que l’exercice est totalement biaisé. Il n’est d’ailleurs qu’à regarder le nombre de contributions sur le site « idee.paris.fr/reinventons-nos-places », créée par la Ville de Paris pour le réaménagement des 7 places. Il ne dépassera jamais un total de 400 contributions.

Dans la grogne est donc montée très haut dans le Ve, où les habitants du quartier ont vite compris qu’en fait d’embellissement, ils allaient avoir droit à une « requalification de l’espace public au profit des piétons », ce qui en langage non codé signifie ‘‘piétonnisation’’. Un séminaire à huis clos organisé quelques jours après les attentats de novembre - alors qu’il y avait plus urgent - confirmera l’intention et le cynisme de la démarche. Trois propositions quasi identiques convergent pour élargir les trottoirs et piétonniser en totalité ou en partie la zone, les variantes portant uniquement sur l’ampleur des aménagements envisagés.

Et pour faire taire définitivement les ombrageux qui trouvent la méthode détestable, vous livrez la primeur de son projet au Journal du Dimanche, avant la dernière réunion publique organisée à ma demande en mairie, avant le conseil du Ve arrondissement et avant le Conseil de Paris !

Concernant le pseudo embellissement

Sous votre magistère très peu participatif, et avec l’onction dans le Ve arrondissement de son adjointe Mme Marie-Christine LEMARDELEY, la Montagne Ste-Geneviève accouche d’un étrange rongeur : la piétonisation rampante par élargissement d’un trottoir collé à la bibliothèque Ste-Geneviève, assortie d’une interdiction de territoire pour les voitures à partir de la rue Valette, pourtant beaucoup plus étroite que la rue Soufflot, qui permettait jusqu’à présent de fluidifier le trafic. La rue Valette qui accueille une crèche va ainsi devoir également accueillir une partie du trafic détourné.

Fallait-il, pour donner un peu plus d’espace aux étudiants qui font la queue pour entrer à la bibliothèque Ste Geneviève (et qui d’ailleurs n’en n’avaient jamais fait la demande), produire une telle incohérence en termes de santé publique et de requalification de l’espace public ?

La place de la mémoire nationale exigeait une ambition partagée

Il s’agissait d’embellir et de magnifier le « Panthéon français », né de la transformation sous le Premier Empire de l’ancienne église Ste-Geneviève.  Il s’agissait d’embellir et de magnifier la mise en scène monumentale des bâtiments qui bordent la place, que ces bâtiments aient préexisté à l’instar de l’église St-Étienne-du-Mont, de l’ancienne abbaye Ste-Geneviève (actuel lycée Henri IV) ou de l’école de droit, ou qu’ils aient été construits plus tard sous la monarchie de juillet, pour la bibliothèque Ste-Geneviève ou la mairie du Ve arrondissement. Rien de tel dans le projet bâclé porté par la Mairie de Paris ! D’ailleurs, les historiens, les urbanistes et paysagistes de renom, les scénographes de la mise en lumière des espaces, etc, ont été tenus éloignés.

Que dire d’une concertation bâclée qui a muselé les Architectes des Bâtiments de France sur une hypothétique végétalisation des espaces, et qui a omis de solliciter l’avis du Centre des monuments nationaux qui gère pourtant le Panthéon ?

Quel crédit apporter à un projet qui n’a retenu aucune des propositions objectives que j’ai porté avec des habitants du quartier : pour pacifier la circulation en transformant par exemple la place en ‘‘zone de rencontre’’, pour prolonger le tracé de plusieurs bus – en particulier le 85, pour étudier sérieusement la création d’une traverse électrique tant attendue par les seniors et les personnes à mobilité réduite afin de faciliter l’accès, depuis les quais de Seine à la place du Panthéon, très pentue dans cette partie de l’arrondissement.

Et comment adhérer à la suppression autoritaire de 60% des stationnements, alors qu’aucune alternative n’est proposée par exemple en matière de transport collectif supplémentaire ou de création d’ancrages deux roues. Les artisans commerçants du quartier, qui souffrent déjà cruellement du climat post attentat, ne disent pas merci à la mairie de paris. Les riverains atterrés s’interrogent sur le sens même du débat démocratique.

Je porterai tout à l’heure six amendements pour porter la voix de celles et ceux qui n’ont pas été entendus. Il ne s’agit pas de contre-proposition mais de propositions constructives (zone de rencontre, révision du tracé du bus 85, réorganisation des places de stationnement, implantation de mobiliers urbains adaptés, réfection de l’éclairage public… Je solliciterai aussi et surtout la mise en place d’un comité de concertation sur les aménagements à venir et les usages. Ce dernier point avait été adopté à l’unanimité du Conseil d’arrondissement du Ve arrondissement.

Informations pratiques :
Mairie du Ve arrondissement
21, place du Panthéon
75005 Paris
tél : 01 56 81 75 05
Site : www.mairie5.paris.fr



 
 
 

Toute l'actualité

 
-->